Protection sociale : quelques chiffres (4)

(Mise à jour le 9 juin 2023 à 15:16)

Au cours de mes lectures, je relève des chiffres qui me semblent utiles pour combattre les idées reçues et cette société de plus en plus inégalitaire, qui ne profite qu’à une minorité au détriment du plus grand nombre.

Ces derniers n’ont évidemment pas vocation à être exhaustifs, ce ne sont que quelques références…

Assurance maladie
  • L’assurance-maladie souligne que 21 % du montant des fraudes viennent des assurés sociaux, tandis que 78 % proviennent des professionnels et établissements de santé.
  • La fraude aux cotisations sociales par les employeurs s’élève à 14 milliards ! À cela s’ajoute celle aux impôts sur les sociétés, 27 milliards, et celle aux impôts sur le revenu, 17 milliards.
  • Fusion carte Vitale-carte d’identité : lier au niveau administratif, l’affiliation à la Sécurité sociale à une preuve de nationalité est probablement anticonstitutionnel.
Hôpital – Médecine de ville 
  • Le président Macron a continué à fermer des lits – plus de 20 000 depuis son ­arrivée au pouvoir 
  • 700 000 personnes souffrant d’une affection de longue durée ne disposent d’un médecin traitant
  • Aux Étas-Unis, où le business est très florissant, les dépenses de santé sont de 50 % supérieures aux nôtres, mais avec une espérance de vie qui chute et qui est passée en dessous de celle de tous les pays développés.
Retraites
  • Selon les calculs de l’économiste Michaël Zemmour, l’augmentation de 0,8 point de cotisations sociales d’ici à 2027 permettrait de dégager 12 milliards d’euros de recettes supplémentaires.
    • « Sous les hypothèses du gouvernement (sans doute trop optimistes), cela donne 14 euros net par mois en 2027 pour une personne au Smic et 28 euros net pour une personne au salaire moyen (2 574 euros en 2022), en faisant l’hypothèse (extrême) que l’intégralité de la hausse de cotisation est supportée par les salariés et non par les employeurs », écrit-il sur son blog d’Alternatives économiques.
  • Taxer les 42 milliardaires français à hauteur de 2 % permettrait de récolter 12 milliards d’euros pour renflouer les caisses de retraite.
  • Les retraites desfemmes  sont en moyenne inférieures de 40 % à celles des hommes.
  • Une femme sur deux, au moment de la naissance d’un enfant, va réduire ou même stopper son activité professionnelle. Par comparaison, c’est un homme sur 9.
  • Si tous les travailleurs de plateformes – nous avons évalué leur nombre à 300 000 – étaient requalifiés en salariés et rémunérés au Smic, leurs cotisations abonderaient nos systèmes de solidarité nationale de 1,45 milliard d’euros par an.
  • Cette rentrée d’argent serait même plus conséquente si les rémunérations au Smic n’avaient pas été « en même temps » asséchées de leurs cotisations patronales (plafonnées à 2,3 %). Avec un barème « normal » de cotisations patronales (34,06 %), le gain pour la solidarité nationale de salarier ces travailleurs s’élèverait alors à 3,4 milliards d’euros, dont 951 millions d’euros pour les seules caisses de retraite.
Grand âge
  • En France, le nombre de personnes de plus de 80 ans va croître de 2,5 millions en vingt ans et de 5,7 millions en cinquante ans.
  • Entre 2020 et 2030, il y aura 110 000 personnes de plus de 80 ans chaque année. 
  • Il faut en moyenne entre trois et quatre années pour construire une nouvelle solution d’hébergement
    • et plus de cinq ans pour former et recruter les 100 000 emplois nécessaires au secteur du grand âge,
  • 85 % des  Ehpad publics prévoient un déficit pour l’année 2022, contre 45 % en 2019
  • Un an d’espérance de vie en bonne santé représente une économie de 1,5 milliard d’euros pour l’assurance-maladie, rappelle la Cour des comptes
Lise