Qui vote quoi au parlement européen ?

(Mise à jour le 15 avril 2024 à 11:53)

Le scrutin sur l’accord de libre-échange avec le Chili, en janvier 2024.

  • L’élu RN Thierry Mariani ne participe pas au vote.
  • L’eurodéputé LR Arnaud Danjean s’abstient.
  • La macroniste Marie-Pierre Vedrenne vote pour, avec les autres élus de son groupe Renew.
  • Les socialistes européens alliés à Raphaël Glucksmann votent également pour.
  • Emmanuel Maurel, membre du groupe La Gauche, s’y oppose avec les élus écologistes et insoumis.

La politique agricole commune (PAC), premier budget de l’Union européenne (UE).

  • En novembre 2021, l’eurodéputé du RN, Jordan Bardella, vote pour la PAC actuellement en vigueur.
  • Les eurodéputés Renaissance vote pour, comme les élus LR. Ils s’opposent au plafonnement des aides à 60 000 euros par exploitation, mesure qui aurait permis de redistribuer une partie du budget de la PAC vers les petites exploitations.
  • La gauche française a voté contre la PAC, les écologistes, les insoumis, les socialistes, et Emmanuel Maurel (Gauche républicaine et socialiste).

La résolution visant à renforcer l’application du principe de l’égalité de rémunération.

  • Le LR François-Xavier Bellamy a voté contre la résolution visant à renforcer l’application du principe de l’égalité de rémunération, pour un travail égal ou de valeur égale, entre hommes et femmes, le 30 mars 2023.

Résolution visant à combattre le harcèlement sexuel.

  • Jordan Bardella (RN) s’est abstenu lors d’une résolution visant à combattre le harcèlement sexuel dans l’Union européenne et appelant à l’évaluation de MeToo, en juin 2023.
  • Il a également voté contre un texte rappelant les droits des femmes, adopté en novembre 2021, un an après l’interdiction de l’avortement en Pologne.

Résolution déplorant la situation des droits de l’Homme au Qatar.

  • Raphaël Glucksmann, socialiste, s’est prononcé contre la résolution du 24 novembre 2022 déplorant la situation des droits de l’Homme au Qatar.

Environnement

Les élus du RN ont vote contre :

  • l’objectif de réduction de 55 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe d’ici à 2030 ;
  • la limitation des déchets d’emballage ;
  • le doublement de la part d’énergies renouvelables ;
  • la lutte contre l’obsolescence programmée ;
  • l’interdiction à la vente à partir de 2035 de véhicules neufs émetteurs de gaz à effet de serre ;
  • la réduction des importations en gaz, pétrole et charbon ;
  • le « fonds social », de 86 milliards d’euros, un outil destiné aux classes moyennes et populaires pour, par exemple, faciliter l’accès à un véhicule électrique ou installer une pompe à chaleur en avril 2023 ;
  • la directive sur la rénovation thermique des bâtiments, en mars 2023 et mars 2024 ;
  • la réduction de l’usage des produits phytosanitaires d’ici à 2035 en novembre 2023.

Ils se sont prononcés en faveur :

  • du renouvellement, pour dix ans, de l’autorisation du glyphosate en novembre 2023 ;
  • de l’introduction des nouvelles techniques génomiques, ces OGM de nouvelle génération, avec une réglementation que les États membres auront obligation de suivre, le 7 février 2024.

Ils se sont abstenus :

  • sur la création d’une taxe carbone aux frontières en avril 2023.

 

Lise